Blog Notes d'Alain Juppé

Tempête

Publié le 16/12/2005 par Alain Juppé

Première vraie tempête de neige à Montréal.
Pelle en main, je m’initie à la technique du déneigement. Ca réchauffe!
J’espère que l’avion d’Air France ne nous fera pas faux bon ce soir. J’ai besoin d’embrasser grands enfants et petits-enfants avant Noël…

Partager cet article

5 commentaires pour « Tempête »
  • GUY PERRETTE
    Le 08 Janvier 2006 à 14 h 06 min
    Monsieur Le Premier Ministre.
    Né en Lorraine et âgé de 60 ans, j’ai exercé mes fonctions successives d’ingénieur, de directeur technique ou directeur industriel au sein d’entreprises de production du privé.
    Après 34 ans de bons et loyaux services pour le compte d’une dizaine d'entreprises à travers la France (sidérurgie, métallurgie, menuiserie industrielle...), je fus mis ‘’sur la touche’’ à 55 ans pour cause de ''désaccord profond sur la méthode '' par un dirigeant de droit divin attaché à ses vieilles méthodes personnelles (et pourtant, oh combien perfectibles et si pénalisantes pour son entreprise !...), je continue néanmoins aujourd’hui de prêcher la bonne nouvelle à d’autres à travers la France par actions ponctuelles de conseil (thème essentiel : l’amélioration de la performance de l’entreprise de production).

    Depuis ma ‘’petite fenêtre’’, m’étant sans cesse informé avant de mettre mes bulletins dans l’urne, j’ai écouté les beaux discours des hommes politiques qui sont passés au pouvoir, ils ont tous souhaité et promis (sauf les socialistes évidemment) que l’Etat allait se transformer et devenir plus efficace pour être enfin au service des français.
    Pendant ces 40 années, les français de la France laborieuse (n’est-ce pas le mot qui convient le mieux?) ont amélioré sans cesse leurs performances au point d’être devenus LA référence en Europe, voire dans le monde. Je peux en témoigner, j’y étais, à raison de 60 à 70 heures minimum hebdo (on avait la coutume de dire : <>) pour, sans cesse, remettre l’ouvrage sur le métier.

    Lorsque je fais le bilan de tout cela et que je compare mes conditions de carrière et ensuite mes conditions de retraite (qui s’annonce) avec celles de mes amis qui se sont consacré, eux, au service de l’Etat (profs, militaires, électriciens, gaziers…)….j’en ai évidemment ‘’très gros sur la patate’’ comme l’on dit !...car à l’évidence, ce ne sont pas ceux qui ont fait le plus d’efforts qui sont les mieux lotis.
    C’est d’ailleurs l’avis des intéressés eux-mêmes (anciens agents d’Etat) qui reconnaissent aisément arriver en retraite en pleine forme car leur condition n’a évidemment jamais été celle du privé!. Regardez les systèmes de financement des retraites, les systèmes de calculs, les années de référence… et vous constatez que c’est pourtant encore et toujours les mêmes qui continueront tout au long de leur retraite à bénéficier d’avantages assez considérables - électricité gratuite pour les uns, transports gratuits pour les autres-...
    Ce sont donc invariablement toujours les mêmes qui sont pénalisés Monsieur JUPPE et vous le savez, les différences sont astronomiques !!!...(on distribue même des promos avec effet rétroactif le jour du départ en retraite de certains cadres pour améliorer cette dernière et, bien sûr, sans que cela coûte un iota à celui qui distribue…puisque ce sont les français du privé qui paieront…). Même le gouvernement de Monsieur RAFFARIN a amené sa pierre à l’édifice puisque c’est lui qui est à l’origine du ‘’SMIC’’ de la RATP situé à 400 euros au dessus de celui qui est en vigueur pour le privé !...
    Arrêtons les exemples, je voudrais vous convaincre que ce que je décris ici n’est qu’une petite part du gros gâteau que l’Etat distribue à ses serviteurs les plus proches…alors que les vraies forces vives de la France sont volontairement moins bien loties et cela se dégrade sans cesse.
    Question : est-ce que cela se voit et quelles en sont les conséquences?
    -cela se voit et permettez-moi de vous indiquer un ouvrage particulièrement documenté sur le sujet ; il est de Nicolas LECAUSSIN, titre : Cet Etat qui tue la France chez PLON (les femmes et les hommes politiques devraient tous lire cet ouvrage, ils pourraient y puiser une partie du courage qui leur sera nécessaire pour changer les choses).
    -les conséquences sont visibles journellement sur tous les médias, les français ne croient plus au discours des hommes politiques, les ‘’fonctionnaires’’ usent et abusent de leur position au détriment des français qui créent nos richesses. (et cela continue : la toute dernière nouvelle : Monsieur CHIRAC vient de nous annoncer que la grosse partie des gains de productivité qui ‘’serait réalisée’’ par les agents de l’Etat leur sera redistribuée sous forme de primes, salaires !!! pardon mais j’ai envie de hurler ! ) et bien sûr, vous le savez bien, les Le Pen et autre De Villiers continuent à en profiter pleinement !...
    Ajoutons aussi que la France perd de plus en plus son influence, et en premier lieu sur le plan européen à cause de ces anomalies de fonctionnement de l’Etat. Vous savez que la grande majorité des agents de l’Etat a voté NON au référendum sur la Constitution… essentiellement par crainte de perdre ses privilèges !. (J’avais évidemment voté OUI sans l’ombre d’une hésitation, cela va de soi).
    Est-ce que ce que je vous rapporte ici vous paraît dérisoire ?, je pourrais écrire des pages encore, vous parler de certains autres ministères…, les français seraient par exemple bien intéressés de connaître à quelles tâches sont utilisés les effectifs pléthoriques de
    - l’Agriculture (1 fonctionnaire pour 25 agriculteurs !),
    - des Finances, Impôts pourquoi l’avènement de l’informatique n’a pas réduit les effectifs ?
    - de l’Education nationale (90% de son budget est consacré au personnel!, toujours plus de fonctionnaires pour des effectifs d’élèves qui baissent sans cesse)
    - des Affaires étrangères (comment justifier un budget 2 fois plus élevé que celui de la Grande Bretagne…)…
    - Et les autres…Tourisme ! et autres…
    et à quoi servent donc tous ces ‘’observatoires’’ et ces ‘’commissions’’ que l’on crée sans cesse plus nombreux, si coûteux et si inutiles (encore une particularité bien française).
    Que se passera t-il par exemple à la suite du rapport –bien précis celui-là- de la Cour des Comptes de Monsieur SEGUIN ? Rien, vous verrez, rien et pourtant ce rapport, comme tous les autres a un coût !!...
    Certains comparent encore assez souvent la France à ces ‘’républiques bananières’’ qui récompensent sans cesse leurs fidèles serviteurs, ces privilégiés dont elles ne sauraient se passer sous peine de disparaître…peut-on vraiment leur donner tort? .
    Comment ne pas comprendre que certains, au sein de la majorité, se démarquent de plus en plus du gouvernement et en particulier ceux qui refusent de voter un budget qui est déficitaire dès le départ, qui va encore hypothéquer un peu plus l’avenir de nos enfants… Ceux là n’ont-ils pas un peu plus de courage politique ?

    Si nous souhaitons que cela change au bénéfice des français, au bénéfice de la France, avons-nous le choix de ne pas passer très vite à la 6e République ?. afin de tirer un trait sur cette période récente (20 ans) tellement mal gérée et de pouvoir redonner confiance à cette France qui bosse ?.

    J’arrête là mon énumération car je ne souhaite absolument pas vous importuner ; ce qui est dit plus haut reflète une partie de mes ‘’états d’âme’’ mais qui, au risque de vous paraître prétentieux, sont la préoccupation d’une majorité de français. En plus de mes missions en entreprises, je suis engagé dans la vie associative (président d’une association locale et également secrétaire d’une Fédération nationale), cela me permet de recevoir des avis sur une multitude de sujets (les gens parlent de leurs préoccupations). Je dirais que les gens sont observateurs et doutent de plus en plus de la capacité de nos dirigeants !...combien d’hommes politiques sont conscients de cela ?.

    Pour moi et beaucoup d’autres, il y a heureusement encore des hommes politiques à qui nous pourrons faire confiance lorsqu’ils se présenteront à nos suffrages, sous réserve cependant qu’ils annoncent clairement leurs –courageux- objectifs et que ceux-ci coïncident avec nos voeux.
    Vous Monsieur JUPPE, qui pouvez encore apporter tellement à notre pays, et dans la mesure où mes ‘’réflexions’’ vous semblent dignes d’intérêt parmi la multitude de préoccupations qui sont les vôtres, comment réagissez-vous à cette ‘’analyse’’ ?.


    En vous souhaitant une excellente année 2006 et, aussi, imaginons-le, une rentrée bénéfique pour la France, je vous prie de croire Monsieur, à l’assurance de mes salutations les plus respectueuses.

    Guy PERRETTE
    GUY PERRETTE
  • JEAN CLAUDE BERTHOLD
    Le 06 Janvier 2006 à 22 h 39 min
    Bonjour M. Juppé

    A l'heure des débats sur internet et les droits d'auteurs, du méchant public qui ne pense qu'à pirater, des gentils Majors et des pauvres artistes spoliés, voici une enquête fort interessante. C'est sur, les artistes sont spoliés mais peut être pas par ceux que l'on croit, non ?

    "Il y a quelques mois, Steve Jobs, Patron d'Apple et propriétaire de la plateforme de téléchargement de musique en ligne iTunes Music Store, révélait un malentendu entre les majors et lui.
    Ces dernières voulaient faire augmenter le prix de vente de la musique à télécharger sur la plateforme d'Apple (fixé à 0,99 $ comme partout ailleurs), ce qui son propriétaire qualifiait de “trop gourmand”, mettant en garde sur le fait qu'un prix trop élevé inciterait les internautes à revenir au Peer to Peer.
    C'est aujourd'hui le magazine Challenge qui revient sur le prix de la musique en ligne en décortiquant celui-ci.
    Voici ce qu'a trouvé le magazine, en partant d'une base de 0,99 euro par musique :

    - 61 centimes reviennent à la maison de disque
    - 19 centimes sont pour l'État
    - 7 centimes vont à la Sacem
    - 6 centimes sont récupérés par le site de téléchargement
    - 1 centime va à la communication de la transaction
    - 1 centime revient à la licence technique de gestion
    - 1 centime pour la banque (pour la transaction sécurisée)

    Et à la fin de tous ces versements, la part de l'artiste pour cette même musique est de 3 centimes.
    Qui a donc le plus à gagner à ce que les internautes téléchargent leur musique sur des plateformes de musique en ligne, quand on sait que les majors (qui touchent 61%) affirment que les artistes (qui touchent 3%) souffrent du téléchargement par Peer to Peer ?
    Toutefois, il est bien connu que les artistes ne vivent plus des recettes de vente d'un disque ou d'une musique en ligne depuis bien longtemps, mais plus de leurs concerts ou produits dérivés."
    JEAN CLAUDE BERTHOLD
  • Steve VINCENT
    Le 24 Décembre 2005 à 16 h 57 min
    Cher Monsieur,

    Je galère depuis 2003 pour retrouver un travail stable en Alsace. Je bosse en intérim depuis 3 mois à porter des sacs de café de 25 à 30 Kg pour survivre alors que j'étais cadre commercial dans la chimie. Mon contrat va s'arreter à la fin de la semaine et il va falloir retrouver un autre travail d'esclave. Je travail et je ne gagne rien du tout. Je rentre péniblement mes frais fixes (remboussement de la maison, loa de la voiture, impôt, taxe d'habitation et impôt foncier, EDF, téléphone, internet...). Sans ma compagne, je serais aujourd'hui entrain de vivre dans ma voiture. Avez-vous déjà connu une telle situation ? Je ne pensais pas que cela aurait pu m'arriver un jour... Aujourd'hui je comprends le mot pauvreté et travailleur pauvre.
    Steve VINCENT
    11, rue de l'Epine
    F-67000 Strasbourg
    Steve VINCENT
  • Bertrand Cauvin
    Le 24 Décembre 2005 à 11 h 38 min
    M Juppé bonjour,avant tout, bonnes fêtes de fin d'année et bonne année 2006.
    Vous avez été un homme d'état alors je pense que vous pouvez me répondre.

    Ma question est simple : on nous parle de pollution mais l'état ne fait rien ou si peu pour y remedier pourquoi?
    NB: je ne suis ni de gauche ni ecolo.
    L'écologie est un problème qui nous concerne tous. Mais pourquoi diable l'état ne se bouge pas.
    Prenons la pollution automobile: il y a des solutions (voiture hybride,carburant bio etc...) la seule chose que l'état trouve le moyen de faire c'est de taxer les voitures qui polluent.
    Personnelement j'ai acheté une voiture l'année dernière si j'avais eu le choix dans la marque entre une voiture diésel et une voiture propre même avec un leger surcout et bien j'aurai opté pour la voiture propre. Nous n'avons pas le choix. La faute aux constructeurs en effet la ceinture est obligatoire un volant aussi un siège ... alors pourquoi pas des filtres dans toutes les voitures ou des hybrides dans chaque gamme. Alors là oui il faut taxer celui qui préfère rouler en diésel plutôt que dans une voiture citoyenne.

    C'est à l'état de dire : A partir de maintenant il faut proposer des voitures propres. On a la technologie.

    Une voiture hybride rejete 1 tonne de moins de CO2 par an vous imaginez cela à l'échelle européenne.

    Je vous remercie de votre patience et votre lecture

    Dans l'attente d'une réponse

    Cordialement

    M Bertrand Cauvin
    Bertrand Cauvin
  • Yves Lusignan
    Le 16 Décembre 2005 à 20 h 02 min
    Le meilleur reste à venir. Il vous reste à vivre l'épisode du froid polaire (un grand classique d'une durée indéterminée), les tempêtes successives, le mirage du printemps (généralement au début mars), une dernière tempête surprise pour faire damner ceux et celles qui n'en peuvent plus, beaucoup de pluie, le retour des outardes et des oies blanches en avril et, enfin, La Libération, qui débute au mois de mai lorsque les arbres bourgeonnent et que le vert remplace le blanc. Si tard? Et oui. Vous comprenez, M. Juppé, que sans l'aide des Autochtones, les premiers colons français n'auraient jamais pu passer au travers et fonder ce pays.
    Bon séjour.

    Yves Lusignan

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux