Blog Notes d'Alain Juppé

TP

Publié le 18/09/2009 par Alain Juppé

Supprimer la taxe professionnelle, cet « impôt imbécile », selon la formule de François Mitterrand… quel ministre des finances, ou Premier Ministre, ou Président de la République n’en a rêvé, sûr de laisser ainsi son nom dans l’histoire fiscale de notre pays ?

Quand il s’agit de passer à l’acte, c’est une autre affaire. On est en train de s’en rendre compte.

La réforme qui nous est proposée aujourd’hui soulève de mutiples problèmes qui mériteraient une étude plus approfondie et des simulations plus fines: transferts de charges entre secteurs d’activité (au détriment, notamment, du commerce et des services), réduction de l’autonomie fiscale, c’est-à-dire des libertés, des collectivités locales, moindre dynamisme des ressources de ces collectivités qui sont pourtant les maîtres d’ouvrage de la plus grande part des investissements publics dans notre pays… Et peut-être surtout, incertitude sur la compensation des recettes perdues. Sur ce point les gestionnaires locaux ne peuvent être qu’intransigeants. L’engagement du président de la République de compenser la perte dans les budgets locaux  » à l’euro près » doit être tenu à la lettre.

La sagesse commanderait de prendre le temps d’améliorer le projet en en mesurant bien toutes les incidences. D’autant que la « nuisance » économique d’une TP déjà grandement allégée fait débat. Je crois, pour ma part, que le poids de la TP est loin de nuire à l’attractivité de notre territoire de manière aussi dirimante que certains le prétendent. En tout cas, la fiscalité  et la précipitation ne font pas bon ménage. Edgar Faure m’a dit un jour, avec son zézaiement légendaire : « M. le Ministre du Budget, les meilleurs impôts sont les vieux impôts »…

Partager cet article

2 commentaires pour « TP »
  • BERNARD MICHEL
    Le 30 Septebmre 2009 à 11 h 29 min
    monsieur A.JUPPE je me permets de revenir sur le probleme de la TP , la gestion de ce dossier frise la demagogie , la france n'est pas seulement une democratie , c'est une république avec des valeurs fondamentales , que le chef de l'état doit faire respecter . vous etes issu de l'ascension sociale républicaine comme moi meme , je suis attaché à ces valeurs qui je pense sont les votres , nous devons defendre ces principes à savoir : defendre la santé publique , l'enseignement pout tous , la fonction publique , touts ces choses qui font le lien de notre société et non l'avis du plus grand nombre .tout cela peut faire l'objet d'un débat citoyen : que veulent les citoyens sur ces questions ? le seul fait d"etre elu ne suffit plus ! servir l'etat et non l'inverse .salutations.
    BERNARD MICHEL
  • BERNARD MICHEL
    Le 28 Septebmre 2009 à 11 h 38 min
    suite a votre reflexion sur la TP auquel je souscris parfaitement , pourquoi tant de contreverités sur la "dette" du pays pourquoi ne pas dire qu'en janvier 1973 mr giscard a abondonné la création de la monnaie au banques commenciales , si l'état aujourdhui pouvait émettre sa propre monnaie en fonction des besoins il n'y aurait pas de dette.Ce probleme recurrent semble entouré d'une omerta , pourquoi cet abandon , ne peut on faire machine arriére ? un homme politique est une personne qui prend des risques , il ne peut écrire l'histoire , mais l'histoire et l'événement peuvent réveler un homme politique.n'est ce pas le moment.
    BERNARD MICHEL

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux