Blog Notes d'Alain Juppé

Trois jours bien remplis à Québec

Publié le 18/10/2008 par Alain Juppé

La mission que j’ai conduite à Québec de mercredi à vendredi à été dense.

D’abord, l’assemblée générale de l’AIMF (association internationale des maires francophones).
Elle est statutairement présidée par le maire de Paris, par qui elle a été fondée, il y a trente ans. A l’époque, c’était Jacques Chirac, aujourd’hui Bertrand Delanoë.
Ce dernier se comporte bien. Il rend un hommage appuyé aux deux co-fondateurs: Chirac et son homologue de Québec, Jean Pelletier qui est présent sur la tribune.
Bordeaux est très active dans l’association, notamment dans la commission qui s’occupe de la formation des fonctionnaires municipaux. Nous somme félicités pour les actions menées, en particulier au Mali et au Sénégal.
Cette AG est l’occasion de retrouver des maires venus de plus de 200 villes de tous les continents, et qui ont le français en partage. Ambiance sympathique, parfois émouvante, comme avec le maire de N’djamena, qui me parle de son père, caporal-chef dans l’armée française pendant la seconde guerre mondiale. Il lui a transmis, me confie-t-il, la ferveur gaulliste.

Beaucoup de maires africains m’alertent sur les graves conséquences de ce qu’ils ressentent comme une fermeture de la France: leurs enfants, lorsque vient l’âge d’entrer à l’université, vont, faute de visa d’entrée en France, étudier en Amérique du Nord. Les conséquences sont désatreuses poiur la langue et pour l’influence françaises.

Ensuite, signature avec mon collègue maire de Québec, l’ami Régis Labeaume, de notre plan d’actions 2009/2011. Il est particulièrement riche en projets concrets, qu’il s’agisse d’échanges entre nos administrations municipales, ou de coopérations entre nos universités, nos hôpitaux, nos agences de développement…
Régis annonce qu’il va faire un « copié/collé » de notre rock school à Québec.

Il y a beaucoup à faire aussi dans le domaine de la santé (il faut pousser le projet de neurocampus commun), et des technologies de l’optique (en liaison avec notre pôle de compétitivité « route des lasers »)

Le lendemain, lors d’un déjeuner/conférence avec une quarantaine de « gens d’affaires », comme on dit au Québec, je constate aussi un vif intérêt de nos partenaires pour la construction bois, si développée au Québac et encore embryonnaire chez nous.

Retour à l’ENAP (Ecole Nationale d’Administration Publique) où je retrouve avec bonheur mes collègues et certains de mes étudiants de 2005/2006. Je leur présente le Livre blanc sur la politique étrangère et européenne de la France que j’ai remis au Président de la République en juillet dernier.
Bien sûr, on parle de la crise.
Je mets en garde contre les exagérations.
Est-ce la fin du capitalisme et du libéralisme?
Evidemment non. L’économie de marché et le libre entreprise ont fait leur preuve pour créer de la richesse et il n’existe aucun autre système aussi performant.
En revanche ce doit être la fin de cette folie de l’économie dite financière ( par opposition à l’économie réelle !), construction délirante, sans foi ni loi, qui a échappé à ses apprentis sorciers.
Est-ce la fin des Etats-Unis?
Evidemment non. Ils resteront une grande puissance économique, scientifique, militaire et un acteur majeur sur la scène internationale.. Mais ils ne seront plus les seuls!
Est-ce le retour de l’Etat?
Oui, mais avait-il jamais disparu? Il fallait être naïf pour ne pas voir que les Américains sont libre-échangistes quand c’est leur intérêt et interventionnistes quand cela les arrange…

Enfin le discours de Nicolas Sarkozy devant l’Assemblée Nationale du Québec. Il sait trouver les mots qui conviennent pour rassurer nos amis québécois et les convaincre que la France les aime: amitié franco-canadienne certes, mais fraternité franco-québécoise. Tiens… La formule me rappelle quelque chose.

Partager cet article

1 commentaires pour « Trois jours bien remplis à Québec »
  • Azal Lyes
    Le 11 Janvier 2009 à 04 h 24 min
    Bonjour M. Juppé !

    Vous êtes finalement bien.
    Je vous souhaite un retour politique prôche sur la scène nationale et internationale.

    Vous savez, le Ton, le tempérament (malgré tout) la sobriété (vous fêtes allusion, ici, dans un des textes) ces temps-ci nous manquent vraiment en politque et nous en avons une soif des bédoins de désert. Et vous en avez conscience certainement, pour ce faire, présence incisive contre les embûchards et c'est pas démodé vous savez, et un Son loin (regard) et haut (vision) dans les propos pour, vous le savez, les Français.

    Car ce chamboulement actuel dans tous les sens ressemble plus à une si pudique et humble femme que l'on déshabille pernicieusement à la Place centrale du village ...

    L'échéance qui arrive est la votre de tout point de vue... Objectivement et subjectivement. Les adversaires dorment et le seront encore d'ici là.

    Très bonne Année à vous et à votre femme aussi.
    Mes respects
    Azal
    Azal Lyes

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux