Blog Notes d'Alain Juppé

Le sens de la responsabilité

Publié le 07/12/2015 par Alain Juppé

Nous le sentions venir en faisant campagne sur le terrain. Mais le choc a été plus brutal encore que nous ne l’attendions : le FN est en tête dans 6 régions et se proclame premier parti de France. Il faudra le moment venu analyser les causes profondes de ce séisme politique et en tirer les leçons . J’y reviendrai.

Pour l’heure, il s’agit de franchir le deuxième tour dans les meilleures conditions possibles. Et pour cela nous avons le devoir de serrer les rangs autour des candidats qui portent nos couleurs et d’éviter tout ce qui pourrait les fragiliser . C’est-à-dire , en premier lieu , les divisions ou les controverses.

C’est pourquoi , après mûre réflexion , j’ai pris la position que j’ai prise.

Il n’a jamais été question , dans aucune région de France , de fusionner nos listes avec celles du parti socialiste. C’eût été contraire à la plus élémentaire morale politique. Quoi ! Pendant des semaines nous avons fait une vigoureuse campagne contre la gestion des majorités de gauche à la tête de la plupart des régions du pays, et aussi contre la politique gouvernementale en matière économique, fiscale, pénale, éducative , de santé … et aujourd’hui lundi nous tirerions un trait sur ce que nous disions samedi dernier encore ! Quel boulevard pour le FN qui s’est fait une spécialité de dénoncer les combines partisanes et les magouilles politiciennes! Un peu de décence et de cohérence!

Quant à la question du retrait, je voudrais d’abord rappeler qu’elle se pose dans une région et une seule : Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon. Partout ailleurs nos listes sont en première ou en deuxième position et leur retrait n’aurait aucun sens.

Imposer à nos candidats – qui ne le souhaitent pas – de se retirer pour faire barrage au FN et donc , implicitement , appeler à voter pour la liste socialiste , outre l’incohérence déjà signalée, c’est courir le risque de ne pas être suivi par nos électeurs et donc nous infliger la double peine : disparaître et ouvrir la voie de la présidence régionale au FN. C’est aussi nous priver de toute présence au sein du conseil régional pendant 6 ans et laisser FN et PS en tête à tête.

Ces arguments ont convaincu la quasi unanimité des responsables de notre mouvement  à l’exception de JP Raffarin et de NKM , dont je respecte les raisons sans pour autant et pour une fois les partager.

Il est clair que cette position de maintien ne saurait faire jurisprudence pour d’autres élections aux modalités de scrutin différentes.

Et puis , une fois passé le deuxième tour , il est nécessaire que nous procédions à un examen approfondi de la nouvelle situation politique qui prévaut en France . Comment en sommes-nous arrivés là ? On ne peut faire porter la responsabilité de cette évolution à la gauche seule et à ses échecs. Il nous faudra nous interroger sur nous-mêmes : pourquoi nos arguments se sont-ils heurtés à un mur d’incompréhension ? Pourquoi n’avons-nous pas été entendus quand nous expliquions que le FN ne proposait aucune solution sérieuse aux difficultés réelles des Français et que nous étions la seule force d’alternance crédible ? Il ne s’agira pas de se livrer à une introspection masochiste mais de déboucher sur une stratégie de reconquête de la confiance des Français . Il nous reste un an.

Partager cet article

0 commentaires pour « Le sens de la responsabilité »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux