Blog Notes d'Alain Juppé

L’école mérite mieux

Publié le 13/05/2015 par Alain Juppé

Une fois encore le débat vire à la polémique. A l’Assemblée Nationale les noms d’oiseau volent dans l’hémicycle. Les attaques personnelles tiennent lieu d’arguments. C’est dommage car il s’agit de ce que nous avons peut-être de plus précieux : l’avenir de nos enfants.

Tout n’est pas mauvais dans la réforme du collège que propose Mme Vallaud-Belkacem. Par exemple la latitude laissée aux établissements d’adapter 20% des horaires aux réalités du terrain. Ou encore le renforcement de l’accompagnement personnalisé des élèves.

D’autres dispositions sont franchement détestables. Fondre l’apprentissage du latin dans des « enseignements pratiques interdisciplinaires », c’est évidemment rabaisser le niveau de connaissance de cette langue. La ministre le reconnaît d’ailleurs en rétablissant in extremis une option spécifique. Or je partage à 100% le combat pour le latin! Ce n’est pas un combat d’arrière-garde. L’enseignement du latin a une double vertu : compréhension intime de notre propre langue et de sa formation , plus nécessaire que jamais dans un contexte où nous la maltraitons honteusement ; rigueur intellectuelle acquise par la découverte d’une langue à déclinaison et la méthode qu’exige l’analyse de la construction de ses phrases. Sans parler des idées et des valeurs dont sa culture est porteuse.

Même erreur que de supprimer les classes bi langues et les sections européennes. Il en résultera inévitablement une fragilisation de l’apprentissage de l’allemand, en contradiction avec toutes les mâles déclarations des sommets franco-allemands!

Et tout cela au nom de la lutte contre l’élitisme et pour l’égalité. Disons plutôt l’égalitarisme , ce poison qui depuis des années a contaminé les hautes sphères de notre Éducation Nationale. La véritable égalité des chances ne consiste pas à tirer les meilleurs vers le bas mais à pousser les moins bons vers le haut. Les classes de latin ou les classes bilingues concernaient 15 à 20% des élèves, ce qui ne constitue pas une petite élite et elles se développaient dans des secteurs réputés difficiles. C’était une chance supplémentaire pour des enfants qui n’avaient pas forcément vocation à y accéder.

L’erreur majeure est de mélanger réforme du collège et réforme des programmes. Et de mélanger aussi programmes du secondaire et programmes de l’élémentaire. Ces derniers ont été réécrits en 2008 et donnaient satisfaction. Mais il faut absolument que chaque ministre ait sa réforme. Et comme les ministres valsent presque tous les ans , on y perd … son latin!

Je n’évoquerai pas ici le jargon utilisé par les rédacteurs des dits programme. On sait désormais que « nager en piscine » se dit: « traverser l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête en milieu aquatique profond standardisé » !!! Il paraît que les programmes sont écrits pour les spécialistes et pas pour le vulgum pecus. Molière au secours!

Le plus grave dans tout cela, c’est le risque de blocage de toute évolution du fait de l’exacerbation des thèses et antithèses qui s’affrontent. Là où l’on aurait besoin d’une discussion apaisée, c’est la bagarre et l’incompréhension.

Il faudra changer de méthode, rechercher des accords sur quelques principes susceptibles de rassembler , comme une meilleure personnalisation des parcours des élèves et une plus grande responsabilité donnée aux équipes d’établissement. Puis, ces principes acquis, les traduire en mesures techniques.
Notre Éducation Nationale qui a ses points faibles mais aussi ses réussites a besoin non pas de révolutions ou de refondations à répétition mais d’adaptations profondes et progressives.

Partager cet article

1 commentaires pour « L’école mérite mieux »
  • optimiste
    Le 17 Mai 2015 à 08 h 52 min
    votre analyse me parait mesurée.Il y a quelques points positifs dans cette réforme. Mais réduire fortement l'apprentissage concret du latin est une erreur de compréhension de notre langue pour nos enfants et une diminution de la formation de leur capacité d'analyse.
    En outre réduire la place de l'allemand et supprimer les classes bilingues est une erreur géostratégique.
    Vous avez raison, notre école ne demande pas des passionns mais nécessite de la réflexion sur ce qui va et ce qui dit être améliorer.
    Bravo pour votre modération et votre courage
    optimiste

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux