Blog Notes d'Alain Juppé

L’horreur en Méditerranée

Publié le 21/04/2015 par Alain Juppé

Qui n’est saisi d’horreur devant les terribles images des nouveaux « Boat people » en Méditerranée ? Qui pourrait hésiter à sauver du naufrage ces malheureux , victimes d’ignobles trafics d’êtres humains ? L’Union Européenne doit se doter d’urgence des moyens de leur porter secours.

Mais l’émotion , l’action humanitaires ne constituent pas à elles seules une politique. Il faut avoir la lucidité et le courage de dire que si nous nous en tenions là, le remède pourrait être pire que le mal . Nous pourrions provoquer un afflux supplémentaire totalement incontrôlable. Or nous ne pouvons pas accueillir des masses de nouveaux arrivants. Ni économiquement ni politiquement.

Il faut donc contenir les mouvements de population et agir à la racine du mal. Ce qui suppose:

– une harmonisation des politiques d’immigration et d’asile des États membres

– la réforme totale du fonctionnement de Frontex, l’agence des accords de Schengen, censée contrôler les frontières externes de la zone mais qui n’en a pas les moyens

– la relance de la négociation d’accords de réadmission avec les pays d’origine et la volonté clairement affirmée de reconduire les personnes que nous ne pouvons pas garder chez nous

– et, sur le long terme,  des politiques de co-développement plus ambitieuses, car, sans rééquilibrage des conditions de vie entre le nord et le sud de notre mer commune, il n’y aura pas de maîtrise durable des flux migratoires.

Je mesure l’énorme difficulté de la tâche, d’autant que les pays d’origine sont pour beaucoup des Etats faillis. C’est pourquoi l’Union Européenne ne peut à elle seule relever le défi. Je dirai même qu’elle a bon dos. Ce qui est en cause en vérité , c’est la paix et la sécurité du monde. Il faut donc que le Conseil de Sécurité des Nations Unies se réunisse et reprenne l’initiative pour s’attaquer aux crises qui génèrent ces redoutables désordres: la crise libyenne, la crise syrienne, mais aussi les guerres civiles du Soudan, du Yémen, ou la  dictature sauvage d’Erythrée. Sans parler du combat contre Daech . La liste n’est pas exhaustive . A force de passivité ou de blocages entre membres permanents du Conseil de Sécurité , c’est un embrasement général qui nous menace.

Partager cet article

0 commentaires pour « L’horreur en Méditerranée »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux