Blog Notes d'Alain Juppé

Vive le mérite

Publié le 01/12/2013 par Alain Juppé

Pour la 3ème année, je reçois à la mairie les lauréats aux concours des grandes écoles et leurs camarades des classes préparatoires de 5 grands lycées bordelais. Ils sont heureux et fiers. Plusieurs prennent la parole pour exprimer leur reconnaissance envers les professeurs qui les ont accompagnés dans leur difficile parcours.
Or, justement, ces professeurs sont en révolte contre une récente décision du ministre de l’Education Nationale qui remet gravement en cause leurs conditions de travail. L’un d’entre eux prononce un discours court mais violent pour dénoncer cette décision.
Je veux en avoir le cœur net et je reçois dans la foulée une délégation d’une dizaine de ses collègues pour qu’ils m’expliquent les raisons de leur refus.
En prepa, les classes sont nombreuses, parfois plus de 40 élèves, et le travail intensif. Les obligations de service des profs en tiennent compte : 8h par semaine contre 15h pour un prof. agrégé de lycée. Ils travaillent évidemment beaucoup plus que 8h (copies, colles, accompagnement des élèves…) et bénéficient donc d’heures supplémentaires qui leur assurent une rémunération globale décente. Ce qui n’est pas le cas de la majorité de leurs collègues, car hélas! le métier d’enseignant a été depuis des années dévalorisé .
Leur obligation de service va être portée à 10h, ce qui va amputer sérieusement leur feuille de paie. Motif invoqué par le ministre : l’économie ainsi réalisée permettra d’améliorer le salaire des profs qui enseignent dans les quartiers défavorisés.
Outre que, selon mes interlocuteurs, la concertation a été minimale voire nulle, la méthode me semble détestable. On voit bien l’idée de manœuvre : présenter les profs de prépa comme des privilégiés enseignant une petite élite elle aussi privilégiée , à qui on demande de faire preuve de solidarité envers de plus modestes. Succès assuré, d’autant que les classes prépas et les grandes écoles subissent régulièrement les assauts de ceux qui veulent les réintégrer dans le giron des universités
C’est parfaitement démagogique! Il y a de la place pour les deux filières qui peuvent être partenaires et non adversaires. Les élèves des classes prépas et des grandes écoles, comme les meilleurs des universités, ne doivent leur réussite qu’à leur travail et leurs mérites. Ils ne constituent en rien une caste fermée et « auto-reproductrice ». A Bordeaux plus du tiers d’entre eux sont boursiers. Ils incarnent la méritocratie républicaine dans ce qu’elle a de plus respectable. Et de plus bénéfique pour le pays tout entier.
Mais voilà ! La mode est au dénigrement des élites. Eh bien ! je ne me dégonflerai pas et je continuerai à dire que la France a besoin d’élites, scientifiques, littéraires, culturelles, sportives, administratives, commerciales et même politiques. À condition qu’elles soient ouvertes, bien sûr, elles nous tirent tous vers le haut. Nous devrions en être fiers et permettre à ceux qui les forment de poursuivre leur tâche dans les meilleures conditions. C’est pourquoi je comprends et je soutiens les profs de prépas.

Partager cet article

0 commentaires pour « Vive le mérite »

Ajouter un commentaire

Bonjour, vous avez pris le temps de me lire et me répondre.
Je tenais à vous remercier de cette forme d'engagement.
Rien que de m´apporter une réponse montre que nous partageons une passion, celle de notre pays. Pour ma part , je suis partisan du dialogue et, je vous remercie de l'avoir entamé avec moi.

Bien cordialement.
Alain Juppé
Alain Juppé 2017
5 ans pour l'emploi
inscrivez vous à la newsletter

Les derniers tweets

Sur Facebook

GALERIE INSTAGRAM

Bordeaux